Lectures du mois de mars 2017

Numéro zéro de Umberto Eco

CVT_Numero-zero_1037

Une satire de la presse, un peu tirée par les cheveux sur la forme. Pas de coup de cœur, mais malgré tout une lecture intéressante et instructive sur la manipulation des médias.

Citations: « Sachez qu’aujourd’hui, pour contrecarrer une accusation, il n’est pas nécessaire de prouver le contraire, il suffit de délégitimer l’accusateur. »

« Il existe un joli mot allemand, schadenfreude, la jouissance de l’infortune d’autrui. C’est le sentiment qu’un journal doit respecter et alimenter. Mais pour l’heure, nous ne sommes pas obligés de nous occuper de ces misères, et laissons les indignations aux journaux de gauche dont c’est la spécialité. »

Ce que je peux te dire d’elles d’Anne Icart

51+Cdnh0nTL._SX210_

La naissance d’un enfant permet à Blanche de faire le point sur une lignée féminine. Des parentalités difficiles, mais aussi un magnifique témoignage de ce qu’est la psychose maniaco-dépressive et de ses dégâts. Ce livre présente un panel de toutes sortes de féminités et de passions. En somme, une saga touchante.

Citations: « Parce qu’à force de se taire, on ne sait plus rien dire à personne. »

« Mais grandir, c’est décidément voir partir quelqu’un qu’on aime. Grandir c’est forcément être orphelin de quelque chose. »

Maman a tort de Michel Bussi

CVT_Maman-a-tort_7536

Un enfant de 3 ans qui dit que ses parents ne sont pas ses parents, cela intrigue. Un policier comme je les aime mais j’ai compris assez vite le fin mot de l’histoire. Pas embarquée comme je l’attendais. Dommage.

Citations : « L’homme est un animal doué pour le mensonge. »

« – Franchement, tu ne trouves pas sidérant que tous ces gens qui remplissent leur Caddie continuent de payer sagement à la caisse pour enrichir des boîtes qui font des milliers de bénéfices, plutôt que de filer en sprint tous ensemble, en explosant façon bélier les tourniquets de tous les hypers de France ? Tu ne trouves pas ça dingue, que des types puissent encore se promener en Porche dans la rue sans se faire caillasser, avec une Rolex au poignet sans se faire trancher ? Que les gens qui n’ont plus rien à perdre acceptent de se retirer du jeu comme ça, sans même miser le peu qu’il leur reste, même pour l’honneur, même pour épater leur copine, même pour garder un peu de dignité face à leurs gosses… Bordel, même au poker, tu ne perds pas tes derniers jetons sans faire tapis ! »

Hippocrate aux enfers de Michel Cymes

4159Z4J+7-L._SX210_

J’ai mis un moment avant de le lire ce livre. J’avais un peu peur que qu’il soit trop trash. En réalité, il est accessible, sans verser dans le pathos, mais il reste difficile pour des âmes sensibles. J’avoue qu’il ne m’a pas appris grand chose. Bon, en même temps, j’ai lu de nombreux romans et documentaires sur cette période pour essayer d’appréhender l’incompréhensible. Je suis un peu déçue, j’ai trouvé que Michel Cymes, du fait de son métier aurait pu faire une analyse un peu plus poussée. Pour autant, si vous ne savez rien sur ce sujet, c’est une bonne introduction.

Citations: « Comment un médecin peut-il devenir un bourreau ? Comment un homme qui s’est donné pour destin de soigner les autres décide-t-il de les faire souffrir ? »

« Essayez toujours, il en sortira peut-être quelque chose. » – La science selon Himmler
Souvenons-nous en retour de la parole d’Ambroise Paré : « Guérir parfois, soulager souvent, consoler toujours. »

Un avion sans elle de Michel Bussi

bm_CVT_Un-avion-sans-elle_6440

Un peu de douceur après ce monde de brutes! Un petit Bussi, oui, encore! Je suis comme ça, quand j’aime bien, je lis tout.
J’ai beaucoup apprécié la lecture mais j’ai deviné avant la fin. Cela ne marche pas à tous les coups. Mais cela reste un de ses meilleurs!

Citations: « D’accord, le destin est comme les gamins dans la cour de récré, il s’acharne sur les plus faibles. »

« Mais ne soyez pas trop impatients, j’y viendrai. Bientôt. Côté suspense, je crois que vous n’aviez pas à vous plaindre: une année interminable pour moi se résume pour vous à quelques pages à lire. »

No et moi de Delphine De Vigan

9782253124801-001-T

Et on repart sur du lourd! Lou, une enfant EIP (surdouée quoi), se prend d’affection pour une jeune SDF, cela donne un roman rempli d’émotions. Comme tous les supers intelligents, elle est d’une sensibilité extrême et part dans une quête de sens et de cohérence. Ce Zèbre part à la rencontre d’un autre animal hors norme. Pas si simple d’être une sauveuse face au monde de la rue, aux plaies béantes du passé et aux addictions de sa protégée. La description des liens d’attachement et de l’emprise qui peut en découler est magnifiquement juste.
Lou, héroïne malgré tout, va avancer dans sa vie, avec les besoins de son âge, et peut être se trouver elle-même.

Citations: « On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau , de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride , de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations . On est capable de laisser mourir des gens dans la rue. »

« Parfois il me semble qu’à l’intérieur de moi quelque chose fait défaut, un fil inversé, une pièce défectueuse, une erreur de fabrication, non pas quelque chose en plus, comme on pourrait le croire, mais quelque chose qui manque. »

N’oublier jamais de Michel Bussi

bm_CVT_Noublier-jamais_2823

Et un autre Bussi! Oh punaise il est super bon celui là! Mon troisième préféré après Le temps est assassin et Nymphéas Noirs. Il est bien tordu! J’ai même été surprise jusqu’au bout. Bon petit bémol, c’est vraiment tiré par les cheveux quelques fois mais bon, j’ai été emmenée et j’ai été touchée par Jamal!

Citations: « A ce point de non-retour dans les abysses de la folie, êtes vous toujours disposé à croire tout ce que j’affirme depuis le début ? »

« 1. Devenir… le premier sportif handicapé à participer à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc
2. Faire… l’amour à une femme plus belle que moi
3. Avoir… un enfant
4. Etre… pleuré par une femme quand je serai mort
5. Payer… ma dette avant de mourir » 

La maison d’à coté de Lisa Gardner

CVT_La-maison-da-cote_6737

L’entrée en matière était géniale, mais j’ai eu la sensation qu’il me manquait des éléments au fur et à mesure. Il a fallu que j’attende d’avoir fini le livre pour découvrir que c’était la suite d’un autre: Les morsures du passé. Dommage pour moi! Cela m’apprendra à choisir les bouquins comme ça, juste au titre ou à la couverture!
Malgré tout, ce thriller tient bien en haleine. Un bon moment de lecture.

Citations: « Les gens mentent. C’est aussi instinctif que de respirer. »

« Nous savons que les monstres existent et qu’ils ne vivent pas tous dans les placards. »

Soit 3100 pages lues (5986 cette année).

10 réflexions sur “Lectures du mois de mars 2017

  1. J’adore Bussi! C’est l’un de mes auteurs préférés, et mon roman favori est pour l’instant « N’oublier jamais » que j’ai trouvé vraiment génial du début à la fin. C’est plein de suspens jusqu’à la toute dernière page, j’adore !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s